"L'Astrolabe, du réel à l'imaginaire" Cie Invisible Travels

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’en passe des choses depuis que la résidence de territoire a commencé, en septembre dernier.
Rappelez-vous, nous recevons cette année une équipe cosmopolite et pluridisciplinaire, autour des arts du cinéma ; la bien nommée  Invisible travels agency ou l’Agence des voyages invisibles !
Et c’est bien dans un voyage onirique et poétique, de soi vers les autres, à bord du navire l’Astrolabe, que les habitants du Grand-Figeac ont embarqué, aiguillés par Guillaume Poussou et Anahit Simonian à la barre.

D’abord, au travers d’ateliers d’écriture intuitive, menés par Mirabelle Kirkland et Anahit Simonian, au sein du Musée Champollion, haut-lieu des écritures du monde. Lycéens du Legta la Vinadie et participants de tous âges, ont fouillé les confins de leur mémoire, bifurqué vers des royaumes imaginaires, pour coucher sur le papier des mots plaisants, des mots bienveillants, des mots d’amour !
Des lettres d’amour même, que tout un chacun peut encore écrire et déposer dans les boîtes à lettres destinées à cet effet, au sein des médiathèques du territoire. Il est encore temps de déclarer sa flamme à un être aimé, à son objet fétiche, à l’arbre au fond du jardin, ou à son compagnon à quatre pattes, Ô combien affectueux au quotidien.

Et qui parle d’amour, fait résonner son cœur. Cet organe immensément représenté sans qu’on ne s’intéresse jamais vraiment à la musique qui s’en dégage. Et c’est qu’il bat vite et fort celui des adolescentes de la Maison Familiale Rurale de Terrou. Quant à celui de Milan, Sylvie, Hélène, Vincent ou des brebis de la ferme d'Ussac, une polyrythmique pleine de vie s’en dégage, captée par le stéthoscope magique de Stefan Baumann, Guillaume Poussou et Anahit Simonian.

Et que dire de Carole, Avedis, Dominique, Myriam et Catherine, dont le portrait cinématographique réalisé par Anahit Simonian, Edoardo A. Gonzalez et A. Tizianovsky, agit comme un miroir et révèle la part invisible d’une histoire, en somme d’un voyage, dont l’astrolabe, entendu la boussole, ne serait être autre chose que le cœur.

Alors que certains embarquent pour un voyage intérieur, les adolescents de l’IME de Nayrac et les enfants de l’école de Saint-Cirgues, emboîtent le pas à Guillaume Poussou, armés de leurs crayons, feutres et papiers à dessin, à la découverte de contrées fantastiques, à bord de navires imaginaires, toujours guidés par un astrolabe, fil rouge de la résidence.

D’autres encore, se laissent surprendre par l’acoustique du cœur de la terre, dans la grotte de Saint-Sulpice, lors d’un concert du violoncelliste Stefan Baumann. De musicalité, il est aussi question avec les élèves de l’école de musique de Cajarc, à travers l’expérience de l’improvisation, avec l’aide d’Anahit Simonian. Là encore une odyssée on ne peut plus passionnante !

C’est donc dans une volonté d’explorer et de questionner la diversité du territoire, convoquant sans cesse la symbolique de l’objet astrolabe et du voyage, que les artistes mènent leurs interventions artistiques. D’autres interventions sont en prévision avant de pouvoir découvrir la restitution sonore et visuelle, le 16 décembre prochain... À l’Astrolabe, bien sûr.

À suivre !

Résidence accueillie avec le soutien de la DRAC Occitanie.
Intervenants :
Guilllaume Poussou : Référent de la résidence.  Photographe, vidéaste, producteur.
Anahit Simoniane : Référente de la résidence. Scénariste, compositrice, réalisatrice, musicienne.
Mirabellle Kirkland : Scénariste, écrivaine, comédienne.
Stefan Baumann : Sound designer, compositeur, musicien.
Edoardo A. Gonzalez : Chef opérateur, réalisateur.
Juan Carrano : Monteur, réalisateur.
Albert Coma : Développeur multimédia.